Entrevue d’entrepreneure – Marie-Eve Drolet – Drolette

Nous vous invitons aujourd’hui à découvrir la femme d’affaires derrière l’entreprise Drolette – Marie-Eve Drolet.

Drolette offre des services pour bâtir des supers sites web bien référencés, coacher en gestion des médias sociaux et conseiller en web pour un démarrage d’entreprise.

(Source : Drolette.co)

Comment en êtes-vous venue à vouloir devenir entrepreneure?

C’est très drôle cette histoire-là.

Jamais, je dis bien JAMAIS, je n’aurais pensé devenir une entrepreneure.

Je croyais que je n’avais pas les reins assez solides, que je n’avais pas les qualités requises pour démarrer ma propre business.

Durant mes 5 ans chez Québec en Forme comme stratège web, j’ai eu la chance d’avoir un mentor, Alain. Dès la fin de la première année, Alain me demandait si j’avais l’intention de devenir entrepreneure. « Marie, tu as tout d’une entrepreneure, tu vas le devenir un jour, je te le promets ».

J’y croyais pas.

Je niais.

Je ne voulais pas.

Et Popoyo, un petit village du Nicaragua, est arrivé dans ma vie. Je suis tombée en amour avec l’endroit en venant en voyage avec des amies pour quelques jours. Après ce voyage (qui date de 2 ans), de retour au Québec, je ne voyais plus les choses pareilles, le rythme de vie du Nicaragua et le peuple là-bas m’appelaient. J’avais envie de trouver LE moyen qui me rendrait autonome pour vivre dans le village de Popoyo. Je me suis mise à travailler sur un « plan » à tous les soirs, après mes chiffres chez Québec en Forme, un plan de moi comme consultante en web. Un plan réaliste qui se tient debout.

Je suis revenue à Popoyo quelques mois plus tard, avec mon plan en tête. J’ai travaillé pour l’hôtel Cafe con Leche en prenant mes pauses de chiffres au Front desk pour apprendre à designer des sites web, parce que je me disais que je pourrais créer des sites web pour les hôtels du village. J’ai lâché ma job chez Québec en Forme en appelant ma boss, du Nicaragua. Je ne suis pas revenue au Québec. J’ai fondé Drolette –  ma compagnie de consultation en web – en mai 2017.

Finalement, de fil en aiguille, j’ai décroché des mandats du Québec de conception de sites web et de stratégies web avec Drolette. J’ai également fait plusieurs sites web d’hôtels du Nicaragua, mais ce qui fonctionne le mieux ce sont les mandats québécois pour le moment. Je remercie la vie d’avoir la chance de travailler avec des entrepreneurs dévoués avec qui j’apprécie beaucoup collaborer. Je peux mettre des heures dans des mandats et je me sens comme si je n’ai pas vraiment travaillé !

Quel conseil auriez-vous à donner à une personne qui veut se lancer en affaires?

 

Demande-toi ce qui te passionne dans la vie, ce qui ne te force pas le matin de te lever pour faire ça. Identifie-le très bien. Demande-toi où sont tes forces et trouve des alliés pour t’aider dans tes faiblesses. Trouve le moyen de travailler pour que cette passion fleurisse. Mets tous les efforts nécessaires. Reste vrai et authentique dans le processus et écoute tes intuitions d’entrepreneur. Fonce dans le tas!

Reste vrai et authentique dans le processus et écoute tes intuitions d’entrepreneur. Fonce dans le tas!

Si vous aviez un livre à conseiller à un entrepreneur, ce serait?

Comme entrepreneur, nous avons tous des forces et des faiblesses. Ma faiblesse est les finances. J’ai beaucoup apprécié lire : Père riche, père pauvre. Je le recommande.

Sinon, j’amorce la lecture d’une recommandation d’un ami : The E-Myth Revisited: Why Most Small Businesses Don’t Work and What to Do About It, je pense que ça va être très bon!

 

Que pensez-vous que l’on doit faire pour augmenter l’entrepreneuriat au Québec?


Enseigner aux jeunes dès l’école primaire qu’ils doivent développer leurs forces, miser sur leurs passions. Renforcer leur sentiment de confiance en leurs moyens, ajouter des classes de développement personnel où le jeune apprend à développer son plein potentiel (et peut-être l’entrepreneur en lui).

 

Entrepreneur est-ce inné ou cela se développe?


Je pense que les entrepreneurs ont une fibre d’entrepreneur à l’intérieur d’eux. Un désir de développer quelque chose de nouveau, un désir de partager leurs forces, leurs connaissances avec ceux qui en ont besoin. Après reste à voir si la personne qui possède cette fibre la développe dans sa vie, a les moyens pour laisser tomber les barrières et sauter dans l’univers de entrepreneuriat.

En conclusion

Le parcours de Marie-Eve nous démontre qu’il est possible de réaliser ses rêves lorsqu’on y croit vraiment et que nous sommes passionnés. Comme elle le dit si bien : suivez vos intuitions et foncez dans le tas !

Entrevue d’entrepreneure – Marilou – Trois fois par jour

Nous vous invitons aujourd’hui à découvrir la femme d’affaires derrière l’entreprise Trois fois par jour-Marilou.

Trois fois par jour est née le 10 avril 2013 de l’esprit de Marilou et d’Alexandre Champagne. Ayant vaincu son combat contre un trouble du comportement alimentaire, Marilou souhaitait partager son amour pour la cuisine et inspirer les autres en prônant l’équilibre à travers le plaisir de bien manger. L’objectif principal du blogue culinaire qu’ils venaient de créer s’est donc imposé de lui-même : transformer, pour le mieux, la relation des gens avec la nourriture.

Aujourd’hui, Marilou est seule aux commandes de Trois fois par jour, mais la mission de l’entreprise est toujours la même et les valeurs de base demeurent inchangées.

Avec une quinzaine d’employés, Trois fois par jour crée du contenu original pour son site Internet, produit un magazine offert en 6 numéros par année, gère les opérations d’une boutique en ligne bien établie, porte à terme des projets de toutes sortes avec ses partenaires d’affaires, et s’assure d’entretenir des interactions de qualité avec une communauté virtuelle très engagée sur une multitude de plateformes sociales.

En plus des opérations quotidiennes, l’équipe s’affaire à l’édition d’un troisième livre de recettes, au tournage d’une émission de télévision et à l’établissement des bases d’une fondation qui servira de moteur d’implication sociale afin de réaliser pleinement la mission de l’entreprise. (Source : Trois fois par jour)

Comment êtes-vous devenue entrepreneure?

Je crois que l’on devient entrepreneure à partir du moment où l’on a un projet ou une idée et que l’on met les efforts pour les réaliser. Je crois que nous avons tous le potentiel de devenir entrepreneur, mais je pense que cela nécessite malgré tout des qualités spécifiques. Ce n’est pas tout le monde qui est prêt à vivre avec le risque de ne pas avoir un emploi certain avec un salaire fixe.

Est-ce que selon toi, tu te destinais à être entrepreneure?

Je crois que j’ai toujours été entreprenante. C’était d’ailleurs ce que je trouvais le plus difficile dans le milieu de la musique, où j’œuvrais avant, car je ne pouvais pas avoir un contrôle sur tous les aspects du processus. Donc, je pense l’être devenue officiellement avec le temps, mais que je l’ai toujours été de par mon caractère. J’avais besoin de cette liberté, cette latitude de pouvoir réaliser un projet sans avoir de limite extérieure.

Quelle est ta plus grande fierté en tant qu’entrepreneure?

Je suis premièrement fière de l’équilibre que je développe chaque jour entre ma vie personnelle et mon entreprise. Ensuite, je dirais que je suis fière de ma définition du succès. En effet, le succès pour moi ne se mesure pas seulement aux chiffres d’affaires et au nombre de livres vendus, mais plus au niveau humain. Par exemple, le fait de pouvoir dire que je crée de l’emploi, que les gens avec qui je travaille sont heureux et que mon environnement de travail est propice à la créativité, au bonheur, à l’écoute et au respect.

Je suis donc fière d’avoir prouvé qu’il est possible de ne pas faire de compromis sur nos valeurs et d’avoir une entreprise viable en même temps.

Quel a été ton plus grand défi à ce jour en affaires?

Au début, je dirais que c’était de suivre la croissance, qui était vraiment exponentielle. En ce qui a trait à aujourd’hui, je dirais que c’est de conserver cela tout en me détachant de la marque de l’entreprise. Je vise pour le futur que Trois fois par jour existe sans moi. C’est donc pour moi un gros défi en ce moment que les gens reconnaissent Trois fois par jour et non Marilou de Trois fois par jour.

Je vais devoir simplement être créative pour me détacher de mon titre de porte-parole de l’entreprise sans en dénaturer la marque. Je peux déjà voir des résultats, par exemple avec le magazine, lequel fonctionne bien malgré ne plus être aussi présente visuellement.

Quel conseil donnerais-tu à un/une entrepreneur(e) qui veut se partir en affaires?

Je crois qu’à la base, il faut avoir un désir sincère de se partir en affaires. Je pense que de se forcer à trouver une idée pour se partir en affaires ne va pas nécessairement fonctionner à long terme. En contrepartie, je suis convaincue que lorsque l’on croit vraiment en quelque chose et que l’on est sincère, nous sommes prêts à affronter toutes les choses. De plus, lorsque nous avons notre entreprise à cœur, nous n’avons pas à « vendre » celle-ci; le fait d’en parler fait le travail en soi, tout simplement.

Je pense qu’au-delà d’un plan marketing et de la publicité, la meilleure façon que j’ai trouvé pour faire connaître Trois fois par jour c’est d’en parler avec cœur et sincérité et cela devient contagieux autour de nous. Les gens ont donc envie de nous suivre.

Si tu avais à nommer un entrepreneur qui a eu un gros impact dans ton parcours, qui serait cette personne?

En fait, je n’ai pas d’entrepreneur précisément. Je dirais plus que ce qui a eu un impact dans ma vie d’entrepreneure sont les discussions que j’ai eues avec des entrepreneurs avec qui je n’étais pas d’accord. Par exemple, lors de la mise en marché de mon magazine, on me déconseillait fortement de ne pas mettre de publicité. Par contre, pour moi entre le bonheur du consommateur face à mon produit et le fait de faire plus d’argent avec celui-ci, le choix était simple : j’aimais mieux privilégier le client que l’aspect financier.

En effet, ce sont plus des débats et des rencontres de ce genre qui m’ont confirmé que je faisais la bonne chose.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées dans ton parcours d’entrepreneure?

Je pense que de concilier l’aspect travail-famille est un défi. Pour moi, c’était par contre un aspect prioritaire dans ma vie. Je ne voulais pas être en affaires au détriment de ma famille. Par exemple, et bien que mon horaire soit très chargé, je termine mes journées de travail à 15 heures pour passer du temps avec ma fille.

Un autre défi que j’ai eu à surmonter fut celui de vivre un divorce en étant une femme d’affaires. Par contre, le fait d’être entrepreneure m’a étrangement permis de jongler avec mon horaire et de mieux passer à travers. Pour certaines personnes, cela aurait été une pression immense, mais pour moi, d’être responsable de mes propres décisions m’a enlevé un très gros stress.

Un autre défi que je dois surmonter depuis le début est que je ne peux pas plaire à tout le monde. Bien que je sois au contrôle de mon entreprise, la vie réserve souvent des situations qui font que je ne peux pas consacrer assez de temps à certains dossiers ou être présente lors de certaines réunions. Je dois travailler à accepter cela. Je me dis que je ne suis pas parfaite et que cela fait partie de la vie !

Nous vous invitons à découvrir le tout dernier magazine de Trois fois par jour.

Magazine Trois fois par jour | Studio Grafik

Cinq livres que tout entrepreneur devrait lire

Cinq livres que tout entrepreneur devrait lire | Studio Grafik

Comme le veut la coutume, nous terminons l’année avec la présentation de notre sélection de cinq livres que nous conseillons comme lecture, à tout entrepreneur qui désire faire croître son entreprise.

Good to Great (De la performance à l’excellence) – Jim Collins

Aimeriez-vous savoir ce qui fait la différence entre une bonne entreprise et une entreprise extraordinaire? Le livre Good to Great vous présente les résultats d’une recherche exhaustive de la part de l’auteur à ce sujet.

Sur une période de cinq ans, Collins a en effet analysé 28 des meilleures entreprises du magazine Fortune 500, afin de comparer les points de leur réussite. Au fil de votre lecture, vous pourrez découvrir des conclusions simples et applicables à tous types d’entreprises.

Purple Cow – Seth Godin (en anglais seulement)

Nous pourrions traduire Purple Cow par l’expression « mouton noir ». Par des exemples concrets, l’expert en marketing Seth Godin démontre comment votre entreprise peut ressortir du lot.

À travers des récits d’entreprise comme Starbucks, JetBlue Airways et Apple, l’auteur inspire les lecteurs à repenser à ce que leur marketing dit au sujet de leur entreprise. Que vous soyez en charge du marketing, président d’entreprise ou responsable de la mise en marché ou de la création d’un produit, vous y trouverez certainement votre compte.

Très rapide à lire, c’est un livre à avoir dans sa bibliothèque.

The 10X Rule – Grant Cardone (en anglais seulement)

Avez-vous déjà sous-estimé une tâche ou un projet? En affaires, il arrive trop souvent d’en faire seulement juste assez. Il est cependant reconnu que les entreprises qui réussissent, là où d’autres échouent, sont celles qui en font beaucoup plus que la normale.

Ce livre est une référence pour tout entrepreneur qui désire se motiver à accomplir de grandes choses. Comportant des trucs simples à mettre en application en vue d’augmenter vos résultats, de façon surprenante, The 10X Rule saura revoir complètement votre approche face à votre quotidien en tant qu’entrepreneur.

Unshakeable – Tony Robbins

Bien que plusieurs le fuient par peur, se familiariser avec le domaine de l’investissement est un atout fort important dans le monde des affaires. Unshakeable vous propose un plan de match on ne peut plus simple, pour arriver à premièrement bien comprendre l’investissement, et en second lieu à gérer efficacement ses finances.

Utile sur le plan personnel, ce livre se veut également une aide précieuse pour le développement de votre entreprise.

Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent – Steven R. Covey

Incontournable, le livre Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent a été traduit en 40 langues et inspiré des millions de personnes à travers le monde. Son auteur, Stephen R. Covey, présente les résultats du regard qu’il a posé sur les qualités et les aptitudes que possèdent les gens qui réussissent. Ne tardez pas, découvrez dès aujourd’hui les 7 habitudes qui vous permettront de relever les défis qui jalonnent à la fois votre vie privée, familiale et professionnelle, pour ensuite être en mesure de créer un bonheur durable.

Cela conclut notre liste des cinq livres que tout entrepreneur devrait lire. N’hésitez pas à nous partager vos suggestions dans les commentaires ci-dessous.

Bon succès !

Entrevue d’entrepreneur – Yvan Martineau

Entrevue Yvan Martineau | Studio Grafik

Yvan Martineau, animateur à TVA et TVA sport ainsi que chroniqueur à l’émission Salut Bonjour et à la radio au 98.5 fm nous parle dans cette entrevue de son parcours de vie, de journaliste pour les Canadiens de Montréal à entrepreneur.

Comment en êtes-vous venu à vouloir devenir entrepreneur ?

Dans le milieu du journalisme, il faut dire premièrement qu’il est difficile de posséder un emploi à temps plein. Cela nous emmène très souvent à se donner des allures de travailleur autonome ou de pigiste. On doit donc dès le départ apprendre à se vendre et se faire une niche dans le milieu.

Cependant, c’est dans les dernières années où je travaillais pour le réseau de télévision TQS, que cela est devenu plus évident. Comme je suis allergique à la routine, j’étais toujours en train de développer des projets. J’ai alors eu l’idée de réaliser un documentaire qui avait pour but le suivit d’un groupe de québécois lors de leur ascension du mont Everest. Cela m’a vraiment donné des ailes, car j’étais en charge de tout (gestion du projet, commanditaires, fonctionnement, etc.). De plus, contre toutes attentes, nous avons gagné le prix Gemmaux de la meilleure émission sportive de l’année.

J’ai donc enchaîné par la suite plusieurs projets comme «  la France à vélo », qui a donné suite à « l’Amérique à vélo » sur le canal Évasion. À la suite de la faillite de TQS en 2009, j’ai même refusé des emplois à temps plein, car j’ai décidé de vivre de ma passion du plein-air. Depuis, les projets autant à la télévision qu’à la radio s’enchainent et je ne regrette en rien ma décision. De plus, puisque je peux travailler principalement de la maison, cela me permet donc de passer plus de temps avec ma conjointe.  À l’approche de ma retraite cela me rend plus qu’heureux.

Quelle difficulté avez-vous rencontrée lors de votre parcours entrepreneurial ?

Je dirais que le financement des projets est toujours un grand défi, mais je ne peux pas dire que je peux appeler cela un défi. En effet, en me dirigeant vers la réalisation de mes propres projets, j’étais conscient de ce qui m’attendait. Je crois que devant cela,  il ne faut tout simplement pas se décourager et constamment faire des suivis avec les gens avec qui on discute. Il ne faut pas se fier seulement à notre notoriété et notre passé pour se dire que le téléphone va sonner, ou que ce sera facile de réaliser un nouveau projet. Comme les décideurs sont pris dans un tourbillon et bien qu’un de mes projets était retenu années après années, j’ai dû constamment représenter mes idées, mes projets pour réussir.

Quel est votre plus grande fierté en tant qu’entrepreneur?

Premièrement, je dirais les amitiés que je tisse au fil des années. Deuxièmement, je dirais d’avoir convaincu des décideurs au niveau des médias et des commanditaires de prendre part à mes projets. En n’étant pas dans la réalisation de projet sur le sport, disons « traditionnel », mais plutôt dans des sports comme le vélo et prônant les saines habitudes de vie, d’avoir réussir à faire ma place est une grande fierté.

Je suis extrêmement fier des valeurs que je véhicule à travers les projets que je réalise. De donner le goût aux gens de voyager, de faire du cyclo tourisme et de découvrir de nouveaux endroits me rend très heureux.

Si vous aviez un conseil à donner à un jeune entrepreneur ce serait quoi ?

Je dirais de ne pas avoir peur de poser des questions, de s’inscrire à un programme de mentorat, d’être curieux et d’essayer d’élargir ses horizons. Souvent lorsque l’on est jeune nous avons ce côté têtu, cette fougue qui est très importante, mais c’est très sage de dire que même si l’on est convaincu de notre idée, d’aller consulter un mentor. Tout à coup qu’en faisant cela, vous trouviez LA petite chose qui fait toute la différence.

De plus, il est bon de faire la sourde d’oreille aux gens de notre entourage qui on ce côté négatif face à nos idées. Je crois aussi, qu’ironiquement qu’il faut faire attention aux « conseils ». Car, aujourd’hui les façons de faire notre marque, de se faire connaître peuvent être très différentes de l’époque. Il est donc important de prendre les conseils de nos mentors et de voir à les appliquer à notre réalité d’aujourd’hui.

Quoi qu’il en soit, un conseil qui ne peut pas se démoder est d’être entêté envers ses objectifs et de passer à l’action.

Si vous aviez un livre à conseiller à un entrepreneur ce serait quoi ?

J’ai eu le privilège de connaitre à mes débuts un homme qui m’a beaucoup aidé dans ma carrière. Il m’a d’ailleurs fait cadeau d’un livre que je consulte depuis des années soit « Le plus grand vendeur du monde » d’Og Mandino. Ce livre m’a beaucoup servi et m’a beaucoup inspiré. Pour moi ce fut un bouquin qui a eu une très grande importance dans ma carrière. Sinon il y a quelques livres du Dalai Lama qui sont très intéressant en ce qui à trait à la sagesse et l’art du bonheur.

Je conseille aussi un livre qui se nomme « Good to great » de Jim Collins. Il y fait la différence entre les gens qui sont bons et ceux qui sont extraordinaires. Une autre catégorie de livre que j’affectionne particulièrement s’avère être les biographies. L’une des plus inspirantes que j’ai eu à lire dans ma vie est celle de Normand Bethune (The Scalpel, the Sword: The Story of Doctor Norman Bethune). Ce livre relate l’histoire un médecin canadien qui dut aller à la guerre, qui a inventé les transfusions sanguines réalisées au front et qui c’est aussi battu pour obtenir les soins de santé gratuit au Québec.

Portrait d’une entrepreneure : Kim Auclair

Comment en êtes-vous venue à vouloir devenir entrepreneure?

Je le suis devenue sans le savoir. Au tout début, je voulais être graphiste ou infographiste. Ma première entreprise était en lien avec ces deux domaines d’activité. Je n’étais pas intéressée à avoir le titre «  entrepreneure » . C’est un mentor qui m’a fait réaliser que je l’étais. Et un autre qui m’a appris à l’assumer.

Quel conseil auriez-vous à donner à une personne qui veut se lancer en affaires?

Vous devez créer une entreprise en lien avec une mission et un domaine d’activité qui vous allume et surtout qui vous passionne. C’est ce qui va faire en sorte que vous aller vous y donner à 100%.

Si vous aviez un livre à conseiller à un entrepreneur, ce serait?

Je vais conseiller mon propre livre : Dans la tête d’une entrepreneure – mes débuts en affaires. J’y parle de mon parcours, mais surtout de l’impact qu’a eu mentorat pour entrepreneur sur moi. J’ai eu, en effet, plusieurs mentors qui m’ont accompagné durant différentes phases de mon cheminement. J’ai retenu plusieurs conseils d’eux et je les partage dans mon livre.

Que pensez-vous que l’on doit faire pour augmenter l’entrepreneuriat au Québec?

Je crois qu’il y a déjà une bonne sensibilisation qui se fait actuellement. Notamment auprès des plus jeunes. Il faut continuer en ce sens. J’ajouterais toutefois que l’entrepreneuriat ne s’apprend pas sur les bancs d’école. Selon moi, il faudrait revoir tous les cours d’entrepreneuriat pour s’assurer que l’on y inclut davantage des témoignages d’entrepreneurs et des expériences concrètes qui permettraient aux élèves de vivre l’expérience, car, selon moi, être sur le terrain directement est la meilleure façon d’enseigner l’entrepreneuriat.

Entrepreneur est-ce inné ou cela se développe?

Je crois que l’on naît tous avec des compétences entrepreneuriales, mais qu’elles doivent se développer en cours de route pour entreprendre des projets d’affaires.

Pour plus d’informations sur Kim Auclair : kimauclair.ca

5 livres à mettre sous le sapin d’un entrepreneur

5 livres à mettre sous le sapin d’un entrepreneur | Studio Grafik

Les livres que vous lisez aujourd’hui influenceront qui vous serez dans 5 ans. Vous avez peut-être déjà entendu cette citation quelque part. En effet, en tant que présidents d’entreprise, cadres et employés, nous n’apprenons jamais assez. C’est pourquoi, avec la période des fêtes qui arrive, voici 5 livres à vous mettre sous la dent pour développer vos compétences à tous les niveaux.

Comment se faire des amis et influencer les autres – Dale Carnegie

Un classique que tout entrepreneur devrait avoir à porter de la main. En effet, «Comment, se faire des amis et influencer les autres» vous présentera des trucs et conseils simples à utiliser pour développer vos relations autant au travail que dans la vie en général.

Vous pourrez découvrir, dans ce livre, comment être partout le bienvenu, devenir un agréable causeur, obtenir la collaboration d’autrui, critiquer (s’il le faut) sans se faire détester, garder le bonheur au foyer, etc. Facile à lire et même conseillé de le relire plus d’une fois, ce livre vous servira longtemps et sera un excellent investissement.

La vente – Tom Hopkins

Peu importe votre poste et peut importe l’entreprise, il est indéniable que vous aurez un jour ou l’autre à vous vendre.  L’art de la vente, ce n’est pas le démarchage ou la vente forcée : C’est une façon de connaître les problèmes et les besoins de ses interlocuteurs, de communiquer, de négocier, de séduire et toujours, de convaincre. Aussi bien savoir comment s’y prendre! « La vente » de Tom Hopkins est un classique dans ce domaine. Si vous êtes entrepreneur, il vous permettra de développer les ventes de votre entreprise et si vous êtes un employé, vous pourrez utiliser ces techniques pour gravir les échelons et vous faire apprécier.

Réfléchissez et devenez riche – Napoleon Hill

Cet ouvrage de Napoleon Hill vous offre un plan de match pour connaître du succès en tant qu’entrepreneur. Le livre est, en effet, basé sur les résultats de recherches faites par Hill sur des entrepreneurs qui ont réussi dans le monde des affaires. Effectivement, l’auteur du livre a étudié et interviewé les 500 hommes les plus fortunés de son époque : Carnegie, Rockfeller, Ford,etc. Pour essayer de déterminer s’il y avait des points communs entre eux. Un livre inspirant qui vous donnera le goût de laisser votre marque en tant qu’entrepreneur.

Père riche, Père pauvre – Robert Kiyosaki

Vous désirez devenir financièrement intelligent? Ne plus vivre d’une paie à une autre? « Père riche, Père pauvre » de Robert Kiyosaki est un incontournable pour développer des habitudes de vie autant au niveau personnel que professionnel qui vous seront profitables. Dans ce livre, paru en 1997, de style autobiographique, Kiyosaki utilise un ensemble de paraboles et d’exemples tirés de son propre parcours afin de souligner l’importance de développer son intelligence financière. Il y explique comment l’investissement, l’immobilier, la création et l’acquisition d’entreprises peuvent être utilisés pour construire sa richesse et devenir financièrement indépendant.

Voir grand – Luc Poirier

Pour terminer, un livre tout récemment sorti sur nos tablettes, « Voir grand » de Luc Poirier. « Parti de rien, élevé dans un HLM par une mère prestataire de l’aide sociale, Luc Poirier ne semblait pas prédestiné à connaître le succès spectaculaire qui a fait de lui un des hommes d’affaires les plus en vue de sa génération », nous dit la jaquette de son livre. Une histoire inspirante qui nous démontre que tout est possible quand on en a vraiment le désir et que l’on y met les efforts et le temps. En plus de cela, vous y apprendrez sûrement quelques trucs au passage afin de développer votre côté entrepreneur.

Voilà 5 livres à lire pendant le temps des fêtes ou à offrir à quelqu’un. Il en existe bien d’autres. Vous, quel est votre livre préféré que vous conseilleriez à un entrepreneur? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires ci-dessous.

Pendant les fêtes, prenez la résolution d’investir dans vous-mêmes et votre entreprise pour connaître le succès en 2017.

4 trucs pour faire de vous des entrepreneurs plus productifs

4 trucs pour faire de vous des entrepreneurs plus productifs | Studio Grafik

Les entrepreneurs possèdent habituellement un horaire chargé qui implique de condenser le plus de travail possible dans les heures de bureau. Il y a toujours quelque chose d’autre à faire ou que vous aimeriez accomplir. Alors comment rendre efficace votre journée sans être dépassé par la demande?

Il existe quelques trucs que j’ai appris au cours de ma vie d’entrepreneur qui m’ont permis de rendre mes journées de travail plus efficaces. Évidemment, chaque jour est différent, mais si vous vous engagez à intégrer ces trucs chaque jour, vous réussirez à  augmenter votre productivité avec le temps.

Voici 4 trucs simples et efficaces que vous pouvez mettre en pratique dès maintenant.

Prenez un temps pour vos courriels

Selon les statistiques, une personne reçoit en moyenne 121 courriels par jour. Ce sont 15 courriels à l’heure. Évidemment il peut s’agir d’une distraction importante pour un entrepreneur. Il est facile d’aller voir ses courriels à tout moment de la journée et interrompre votre tâche en cours pour y répondre. Cela vous fait donc perdre un temps énorme et vous empêche de vous investir complètement dans votre tâche en cours. Comment remédier à cette situation? Délimiter 2 à 3 plages horaires dans votre journée dédiées à répondre à vos courriels. Oui oui, seulement 2 à 3! Par exemple, consultez vos courriels avant le travail et répondez uniquement aux plus importants. Par la suite, vous pouvez définir un moment en matinée et 2 moments en après-midi. Le reste du temps, ne touchez plus à votre boite courriel. De cette façon, vous serez alors plus concentré et vous perdrez moins de temps.

Préparez votre journée de demain

Un autre truc simple est de prendre 5 à 10 minutes en fin de journée pour préparer votre horaire de la journée suivante. Établissez une liste de tâche à faire par ordre de priorité et revisitez votre agenda pour voir les rendez-vous et réunions que vous avez au programme. De cette façon, vous évitez le plus de surprises possibles. Vous serez aussi plus efficaces en définissant le temps que vous aurez besoin pour compléter chaque tâche du lendemain, plutôt que de ne pas avoir créé d’horaire.

Faites les tâches les plus importantes en premier

Oui, il existe des tâches plus plaisantes à faire ou moins longues, mais concentrez-vous sur les tâches les plus importantes : celles qui feront bouger les affaires. Elles sont peut-être moins plaisantes, mais elles seront faites des le départ et vous serez en mesure de compléter votre journée de façon plus tranquille. En plus, vous évitez de laisser traîner des tâches importantes qui pourraient augmenter votre chiffre d’affaires.

Préparez vos réunions à l’avance

Les réunions qui sont longues et qui ne mènent à rien font malheureusement partie du quotidien de plusieurs entreprises. Elles nuisent malheureusement à la productivité de l’entreprise. Comment changer cela? Prenez le conseil de Mark Zuckerberg, président de Facebook, et envoyez le plan de la réunion à toutes les personnes impliquées. De cette façon, les gens arriveront à se préparer à l’avance et être au courant du contenu de la réunion. Vous gagnerez de cette façon beaucoup de temps en évitant de présenter l’ordre du jour et vous rendrez, par le fait même, vos réunions plus efficaces : Les gens auront eu le temps de réfléchir à des idées pour les points à discuter.

Voilà 4 trucs simples que je vous invite à mettre en place au sein de votre entreprise. Il existe plusieurs autres façons d’être plus productifs. N’hésitez pas à nous en faire part! De plus, chez Studio Grafik, nous offrons des solutions de communication d’affaires qui vous permettront de rendre votre stratégie marketing plus productive et plus efficace. Je vous invite à nous contacter pour voir comment nous pourrions vous aider à augmenter la productivité de votre entreprise.

5 qualités des entrepreneurs qui réussissent

5 qualités des entrepreneurs qui réussissent | Studio Grafik

Existent-t-ils certaines qualités que partagent les entrepreneurs qui réussissent? Au cours de mes années en tant qu’entrepreneur, j’ai eu la chance de partager avec des entrepreneurs qui ont forgé notre économie.

Tous et chacun avaient de bons conseils. J’ai donc répertorié ces conseils pour faire ressortir 5 qualités que doit posséder un entrepreneur pour réussir. De plus, la bonne nouvelle est que ces qualités peuvent tous être développées.

Une bonne autodiscipline

La première qualité qu’un entrepreneur doit posséder est l’autodiscipline. C’est une qualité primordiale à posséder pour réussir que ce soit au niveau personnel qu’au niveau professionnel. Elle fait souvent la différence entre ceux qui réussissent et ceux qui échouent. Être discipliné dans les tâches à accomplir même celles qui nous plaisent moins vous permettrons d’atteindre plus rapidement vos objectifs. Les entrepreneurs à succès effectuent quand même les tâches qu’ils n’aiment pas, car ils sont conscients de la valeur et du prix à payer pour réussir en affaires.

Un plein d’intégrité

Bâtir une réputation prend toute une vie, mais un instant à détruire. Un entrepreneur qui veut réussir doit d’être une personne intègre. Développer une entreprise en qui on peut avoir confiance doit être une priorité. Votre succès en tant qu’entrepreneur sera déterminé par le nombre de gens qui peuvent vous faire confiance, qui veulent travailler pour vous, qui veulent vous faire un prêt, acheter vos produits ou services et vous aider dans les temps difficiles.

De la persévérance en quantité industrielle

La troisième qualité qu’un entrepreneur doit posséder est la persévérance. Être persévérant et ne jamais vouloir abandonner vous permettront de vous approcher de la réussite plus facilement et plus rapidement. Préparez-vous d’avance à vous faire dire non, à être déçu, à avoir des hauts et des bas. Mais si vous avez le courage de vos idées et la conviction de réussir, vous pourrez passer à travers toutes ces étapes et atteindre la réussite.

« Lève-toi chaque matin avec la détermination de te coucher le soir avec la satisfaction »

Une vision bien définie

Avoir des objectifs clairs précis doit faire partie des qualités d’un entrepreneur. Une entreprise est tous les jours confrontées à des turbulences, des changements de marché et des hauts et des bas. Il est donc essentiel  que l’entreprise possède un président qui contrôle le bateau tout en gardant en tête la destination visée. Cela fera en sorte de donner aux employés et aux cadres une vision claire du travail qu’ils ont à accomplir.

Prendre des décisions rapidement

La dernière qualité que doit posséder un entrepreneur est d’être capable de prendre des décisions rapidement et être une personne d’action. L’entrepreneur doit se discipliner à prendre des décisions rapidement et vivre avec celles-ci. S’ils font des erreurs, ils travaillent à les corriger le plus rapidement possible et à essayer quelque chose de nouveau. La clé de la réussite est d’essayer. À force d’essayer vous trouverez la solution.

Voilà 5 qualités qu’un entrepreneur doit posséder pour réussir. N’hésitez pas à nous faire part des qualités que vous croyez être importantes de posséder pour réussir en affaires.

Développez votre entreprise à la manière d’Apple

Développez votre entreprise à la manière d’Apple |Studio Grafik

L’impact qu’a possédé Steve Jobs et son entreprise Apple sur nos vies est indéniable. Apple a apporté au monde de la musique, du cinéma, de l’ordinateur et du téléphone cellulaire une innovation qu’aucune entreprise n’a pu égaler à ce jour.

En tant qu’entrepreneurs, président d’entreprise, nous sommes tous à la recherche de la recette du succès. Le meilleur moyen d’y arriver est de s’inspirer du succès des autres et des règles qu’ils ont utilisées pour y arriver. Voici donc quelques règles que Steve Jobs a mis en place chez Apple pour apporter cette entreprise à sa réussite.

Faites ce que vous aimez

Steve Jobs a déjà mentionné que les gens qui sont passionnés peuvent changer le monde. Il est donc nécessaire que vous soyez passionné par ce que vous faites et votre entreprise. Vous développerez ainsi une marque à votre image et vous serez contagieux auprès de vos employés et vos clients.

Avoir une vision

Il est important de gérer votre entreprise dans le moment présent, mais il est aussi important d’avoir une vision à long terme. Définissez où vous vous voyez dans 3 ans, 5 ans par exemple. Vous prendrez donc de meilleures décisions en fonction de votre vision.

Soyez ouvert à apprendre

Steve Jobs a déjà dit la créativité, c’est connecter des choses. Cela veut dire que les gens avec une grande expérience de vie peuvent voir des choses que d’autres ne verront pas. Ne restez donc pas dans votre bulle et explorez. Voyagez, explorez des domaines connexes à votre entreprise. Vous pourrez par la suite mettre à profit ce bagage à créer et à innover pour votre  propre entreprise.

« La créativité consiste juste à connecter les choses. Quand vous demandez aux personnes créatives comment ils font quelque chose, ils se sentent un peu coupables parce qu’en réalité ils ne l’ont pas vraiment fait. Ils ont juste vu quelque chose qui leur semblait évident après un certain temps » – Steve Jobs

Soyez des spécialistes

Quand Jobs a repris Apple, en 1997 il a réduit le nombre de produits vendus de 350 à seulement 10. Plus notre offre est grande, plus nous avons de possibilités de vente, penserez-vous. Mais au contraire Jobs s’est concentré sur ses meilleurs produits et a attitré une équipe à chacun d’eux afin d’en assurer le développement. N’essayez donc pas de plaire à tout le monde et recherchez plutôt à être reconnu par des experts dans quelques domaines.

N’oubliez jamais l’expérience client

Lorsque vous achetez un Iphone par exemple, vous n’achetez pas qu’un simple téléphone cellulaire, mais une «expérience client». Apple a pour but de travailler à enrichir votre mode de vie et avoir une connexion émotionnelle avec ses clients. Votre produit n’est sûrement pas si différent de celui de votre compétiteur, mais travaillez à bâtir l’expérience client autour de votre produit. C’est bien reconnu que de nos jours les gens achètent un concept, une personne, une entreprise et non un produit.

Peaufinez votre message

Vous pouvez avoir la meilleure idée au monde, mais si vous n’en parlez pas, vous n’arriverez à rien. Travaillez à développer une histoire, un message derrière votre entreprise et vos produits et services. Vous augmenterez vos résultats de vente de cette façon. Vos clients ne sentiront pas que vous voulez leur vendre, mais  plutôt leur apporter quelque chose.

Vendez des rêves, pas vos produits

Vos clients ne veulent rien savoir de vos produits ou services. Ils se soucient d’eux-mêmes, de leur entreprise, de leurs ambitions et de leurs besoins. Si vous pouvez donc aider vos clients à atteindre leurs rêves, vous serez gagnant sur toute la ligne. Travaillez à connaître leurs buts, leurs objectifs lorsqu’ils font affaires avec vous et travaillez à leur vendre ce rêve au lieu de leur vendre un simple produit ou service.

Steve Jobs a basé Apple sur de simples façons de faire, mais qui sont souvent oubliées. Votre entreprise peut avoir le meilleur produit ou service au monde, mais si elle n’a pas un bon système derrière celui-ci, vous n’arriverez à rien.

Checklist définir votre entreprise - Studio Grafik

Comment favoriser la croissance de votre entreprise

Studio Grafik - Comment favoriser la croissance de votre entreprise

Il est clair que de nos jours l’un des plus grands défis de nos entreprises s’avère d’avoir une croissance continuelle. À un moment ou à un autre tout entrepreneur doit penser à passer à l’étape suivante pour son entreprise. Développer son entreprise peut faire peur, car vous aurez la crainte d’investir aux mauvais endroits et de prendre de mauvaises décisions qui auront l’effet contraire sur votre entreprise.

C’est pour cela que nous avons élaboré pour vous une façon étape par étape de bien planifier la croissance de votre entreprise et éviter du fait même les mauvaises surprises.

Vouloir y mettre les efforts

Étape de base d’une stratégie de croissance pour votre PME est d’être prêt à y mettre les efforts. Chaque étape de l’évolution  de l’entreprise sera de plus en plus ardue. Le marché deviendra plus difficile, il y aura plus de compétition, etc. Vous devez donc vous préparer et préparer votre équipe à prendre des décisions en fonction de cette volonté de croissance.

«Je suis convaincu qu’au moins la moitié de ce qui sépare les entrepreneurs qui réussissent de ceux qui ne réussissent pas est de la pure persévérance». – Steve Jobs

Se concentrer sur la solution au lieu du problème

Trop souvent en tant que dirigeant d’entreprise, nous nous concentrons tellement sur le problème que nous en oublions la solution. Par exemple, vous remarquer que vous vendez moins d’un produit X depuis quelques mois. Le tout est dû à l’arrivée d’un compétiteur dans le secteur. Pensez donc à une solution pour contrer le problème auquel vous faites face. De cette façon vous serez toujours sur le qui-vive et à la recherche de façon d’innover. Alors lorsque le problème surviendra, vous aurez une solution de prête pour lui.

S’adapter aux changements

Vous rappelez vous du bon vieux Walk-man? Bien que pour plusieurs ce produit ne semble plus être populaire depuis une éternité, cela ne fait ne fait qu’une vingtaine d’années. Cet exemple est pour vous démontrer que le monde change très rapidement de nos jours. Les modes ne font que passer. Ne pensez donc pas que votre produit ou service pourra rester le même et passer à travers les années. Ayez plutôt une façon de penser, c’est-à-dire comment vous pourriez toujours l’améliorer. Soyez à l’affût continuellement des besoins de vos clients et adaptez votre produit ou service à ceux-ci. Nous n’avons qu’à penser à des marques comme Apple, Nike et bien d’autres qui ont fait cela pour favoriser leur croissance.

Walkman

Ne soyez pas comme tous les autres

Regardez vos compétiteurs, voyez leur manière de procéder et faites tout simplement le contraire. Ce qui favorise la croissance d’une entreprise c’est son offre de valeur. Qu’est-ce qui est différent des autres. Si vous ne faites que copier vos compétiteurs vous ne ressortirez jamais du lot. Visez plutôt à prendre votre produit ou service et y mettre votre touche personnelle. Nous n’avons qu’à penser au Ipod et Steve Jobs. Jobs n’a fait qu’écouter les besoins des gens, il y a ensuite ajouté sa touche personnelle et il n’a pas fait un simple lecteur mp3 comme se voulait la mode, mais il a dirigé le monde de la musique vers une autre avenue.

Téléchargez notre questionnaire pour définir votre entreprise de façons efficace

Ne réduisez pas vos prix

Une erreur que plusieurs entreprises peuvent être tentées de commettre pour favoriser leur croissance est de réduire leur prix. Réduire vos prix peut permettre en effet d’augmenter votre volume de ventes. Mais pensez toujours au jour où votre clientèle diminuera. Vous serez devant la situation suivante, moins de clients et à moindre coût que votre prix devrait être. Visez plutôt à développer une offre de valeur qui justifiera votre prix.

Voici quelques points à considérer pour favoriser votre croissance d’entreprise. Rappelez-vous d’éviter de vouloir être comme vos compétiteurs, visez plutôt d’être à l’avant-garde du marché. Faites ensuite en sorte de faire connaître ce qui vous différencie à vos clients par des outils de communication et vous serez en mesure de mieux affronter les étapes de croissance de votre entreprise.

Studio Grafik - 7 façons de conduire votre entreprise à un autre niveau